DNG, 71 rue de Wattignies 75012 Paris
D.N.G EST L'EXPRESSION EXEMPLAIRE de la volonté commune de trois luthiers qui produisent ensemble entre dix et vingt instruments par an, guitares et basses. Ils offrent l'image cohérente du trio à parts égales. Dans ce milieu individualiste, on peut penser que la formule est unique. Chacun a ses courbes préférées, sa propre inspiration, mais toutes nos idées sont discutées, confrontées. A tel point qu'on emploie plus souvent ici le "on" que le "je". Dominique s'occupe des réglages, du câblage et de l'électronique, Nicolas du choix des bois utilisés, du débit et enfin de la fabrication. Alain (Grégoire !) a pour tâche les finitions, le choix des couleurs, le ponçage et le vernissage. En 1991, l'atelier DNG va se constituer. Les réparations (acoustiques et électriques) représentent une grande partie de son travail, ainsi que la restauration de guitares anciennes : il est agréable de constater que ces guitares méritent encore aujourd'hui d'être étudiées et jouées. Un autre aspect de leur activité : la conception. Ils ont ainsi réalisé une douzaine de prototypes des guitares Révélation ATX pour la marque Hohner. DNG a pour clients... Francis Cabrel, Gérald De Palmas, Sylvain Luc, Paul Personne, Jean-Marie Ecay, Denys Lable, Thibaud Abrial, Hadrien Feraud...
G pour Grégoire (Alain), né en 1962 à Darney dans les Vosges, non loin de Mirecourt. C'est avec Christophe Leduc qu'il fonde “Instrumental”. Durant cette période, il assimile de précieuses connaissances et acquiert la rapidité d'exécution.
Puis il collabore avec James Trussart avec qui il découvrira un autre univers aux guitares singulières et aux demandes originales. Il conçoit alors la guitare comme le support d’une expression esthétique.
Quelques années plus tard, il créé avec Dominique, l’atelier Some String Special; fabriquant du custom et du sur-mesure avant de rejoindre Nicolas et fonder le trio que l’on connaît...
N pour Nicolas Petibon, né en 1948 dans le Loiret. Guitariste pendant six ans, il fonde avec quelques amis des clubs de musique folk et bluegrass. Ils organisent des concerts avec des musiciens prestigieux : "nous étions entre nous et surtout, contre tout!".
A partir de 1974, il s'installe à Nogent-sur-Marne et exerce le métier de luthier. En 1978, il participe à la conception des guitares Apex, une tentative française de créer des instruments électriques de grande qualité.
D pour Dominique Caillerez, né à Lille en 1960. Pour “Do” l’histoire commence dés l'âge de 15 ans, il est flûtiste, puis bassiste. C'est en réparant ses propres instruments que lui vient l'idée de devenir luthier.
Lors de son passage chez Christophe Leduc, il fera la connaissance d'Alain (G.). Plus tard, tous deux travailleront chez James Trussart, puis ouvriront l'atelier Some String Special à Paris.
Portrait